Accueil

Les cahiers de Joséphine

Idées à partager dans le domaine des arts plastiques à l'école maternelle

16 juin 2018

Tous dehors (enfin) !

"Tous dehors (enfin) ! est un festival, organisé par le théatre "La Passerelle", et consacré aux arts de la rue, un événement culturel majeur en Provence-Alpes-Côte d’Azur, aujourd’hui reconnu nationalement pour la qualité de sa programmation. Les spectacles se déroulent entre ville et nature, centre-ville de Gap et Domaine de Charance..."

affichegapfestival

J'ai eu la chance de me trouver là-bas à cette période et de profiter de certains spectacles (quand il ne pleuvait pas).
Difficile de tout voir et de tout photographier. C'est pourquoi, j'ai emprunté quelques photos au Dauphiné et à des sites Internet.

Le premier des spectacles vu était intitulé "Offre Spéciale" : celui de la Compagnie "Joe Sature et ses joyeux osselets".
Deux personnages désopilants nous ont servi un répertoire de chansons décalées et absurdes, avec force mimiques et grimaces amusantes. Ça démarrait bien !

joesature-joyeuxosselets

joesature-joyeuxosselets02

Puis nous avons écouté durant 1h10 les tranches de vie de "Joblard", racontées à la manière d'un roman de San Antonio ou de Chandler.

joblard01

Le lendemain, au parc de la Pépinière, par un beau soleil, on a pu admirer le Manège du Contrevent.
C'est une construction incroyable à partir d'un gigantesque balancier. D'un côté un pianiste nous jouant différentes mélodies, de l'autre un tapis volant (rigide) sur lequel prennent place des enfants. Et c'est parti pour plusieurs tours, jusqu'à ce que la mélodie prenne fin.

leManegeducontrevent02

leManegeducontrevent04

leManegeducontrevent05

leManegeducontrevent06

leManegeducontrevent07

Plus loin, dans le parc, il y avait le spectacle "Sabordage" de 4 garçons équilibristes (Compagnie "La Mondiale Générale") qui nous faisaient trembler en grimpant sur des poteaux de diverses hauteurs. Ils finissaient par un quatuor au hula hoop, plein d'humour et de drôlerie.

sabordage-compagnie-la-mondiale-generale01

sabordage-compagnie-la-mondiale-generale03

sabordage-compagnie-la-mondiale-generale02

A la nuit tombée, un concert de musique était donné au milieu de 120 coquelicots géants s'illuminant tour à tour aux sons de la musique. Féérique !
Les mélopées aux sons surprenants de la kora, du violon, de la clarinette et du violoncelle étaient un peu longues et ont fait fuir pas mal de monde avant la fin.

le-chant-des-coquelicots03

le-chant-des-coquelicots04

Le-chant-des-coquelicots01

le-chant-des-coquelicots02

A 22h, il fallait rester pour profiter du spectacle d'un jeune artiste coréen, Juhyung Lee. "C'est pas là, c'est par là" présentait une immense toile d'araignée, un réseau de ficelles s'entrecroisant sur lesquelles l'artiste faisait courir la lumière de spots. En illuminant certaines parties de la toile, des cris en coréen était diffusés par des haut-parleurs.
Si l'effet visuel de la lumière courant sur l'entrelacs de fils m'a beaucoup plu, j'ai moins aimé ces cris qui l'accompagnaient. Par moment, j'ai même eu l'impression désagréable de voir un extrait de film sur un camp de concentration où le mirador balaie les barbelés et où le soldat hurle des ordres.
Cependant la fin était plutôt intéressante car on demandait à quelques spectateurs de démêler cet écheveau. Les pelotes étaient ensuite brûlées.
Nous sommes malheureusement partis avant, fatigués de notre journée.

cest_pas_la_cest_par_la01

cest_pas_la_cest_par_la02

c'est pas là, c'est par là from Juheong YI on Vimeo.

Notre fils, lui, est resté pour admirer l'installation "Museum of the Moon" de l'artiste plasticien Luke Jerram.
Des transats étaient à la disposition des spectateurs qui pouvaient s'installer là, pour un moment de sérénité à admirer l'astre géant et immobile, si proche qu'on aurait cru pouvoir le toucher.

moon01

moon02

Le lendemain, le programme était chargé : dès 11h du matin, le spectacle "Miss Dolly" nous attendait avec la compagnie "Marcel et ses drôles de femmes". Un impressionnant spectacle de voltige, accompagné de commentaires et d'un humour à la sauce anglaise, bien que les artistes soient français.

missDolly01

Dans l'après-midi, nous voulions voir "Pelat", le "tombeur de Mât", mais, alors que tout le monde attendait le début du spectacle, il s'est mis à pleuvoir, ce qui a fait s'éparpiller tous les spectateurs. Nous sommes partis nous réfugier au musée (je vous en parlerai plus tard) .

Dans la soirée, nous sommes partis pour notre dernier spectacle du festival, "More Aura", avec un clown un peu spécial.
Véronique Tuaillon nous a fait rire et pleurer tout à la fois avec son récit d'une maman et de son petit garçon atteint du cancer, du combat qu'ils mènent pour garder malgré tout le sourire et l'espoir (j'en suis encore toute retournée).
La performance de l'artiste a été bouleversante, pleine de drôlerie et d'émotion à la fois. Campée sur de longues jambes, avec un short vert vif, un nez de clown et de fausses dents, elle nous a tenus en haleine pendant 1h.

moreaura08

moreaura01

moreaura02

moreaura03

moreaura04

moreaura07

Elle a, paraît-il, mis trois ans à écrire ce spectacle, né de son expérience de clown au CHU de Grenoble dans différents services de pédiatrie.
Bravo encore à elle  et merci au théatre "La Passerelle" pour cette magnifique 6ème édition du festival de rue de Gap.

Posté par Josephine_Th à 06:30 - street art - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Tous dehors (enfin) !

    ben dis donc sacrés spectacles performances
    du très moderne
    merci du partage

    Posté par BarbaraSud, 16 juin 2018 à 06:39 | | Répondre
  • Des vacances découvertes au gré des rues ! Excellent !

    Posté par Martinou, 16 juin 2018 à 19:59 | | Répondre
  • waouw ! superbes spectacles !!

    Posté par NounoursPTML, 17 juin 2018 à 08:34 | | Répondre
Nouveau commentaire